She.

i hate people

0 notes

L’ennui du soir devient un sourire incertain.

Un message, menant à un appel. Coup de pression. Ça sonne. Le numéro tant redouté apparaît à l’écran. J’ose décrocher, approchant le téléphone près de mon oreille. ” Allô ? C’est qui ? “. Coup de flippe. Je raccroche avant que mon contact me rappelle. Que faire ?
" Allô ? C’est qui ? "
" Tiens, tu n’as pas gardé mon numéro."
" C’est qui ? "
" Je serai tentée de te laisser deviné. "
" J’ai deux idées. Tu te moques pas si c’est faux. "
" Promis. "
" Soit c’est une meuf du camping, soit de Saint-Hilaire."
" Non. "
" Ou c’est Agnès. "
" Oui. "
" Pourquoi tu m’as envoyé un message ? "
" Je me faisais chier, et je voulais voir si tu allais me répondre puisque tu m’as pas parlé quand il y avait les gars. "
" On se parle plus. "
" J’avais remarqué. "
" Je suis désolé mais je t’ai prise en appel entre un pote, je vais te laisser, tchao. "
" Au revoir. "

Et peut-être que j’arrêterais enfin de me plaindre, alors que dans l’histoire, ce n’est pas moi qui aurait dû souffrir.

L’ennui du soir devient un sourire incertain.

Un message, menant à un appel. Coup de pression. Ça sonne. Le numéro tant redouté apparaît à l’écran. J’ose décrocher, approchant le téléphone près de mon oreille. ” Allô ? C’est qui ? “. Coup de flippe. Je raccroche avant que mon contact me rappelle. Que faire ?

" Allô ? C’est qui ? "

" Tiens, tu n’as pas gardé mon numéro."

" C’est qui ? "

" Je serai tentée de te laisser deviné. "

" J’ai deux idées. Tu te moques pas si c’est faux. "

" Promis. "

" Soit c’est une meuf du camping, soit de Saint-Hilaire."

" Non. "

" Ou c’est Agnès. "

" Oui. "

" Pourquoi tu m’as envoyé un message ? "

" Je me faisais chier, et je voulais voir si tu allais me répondre puisque tu m’as pas parlé quand il y avait les gars. "

" On se parle plus. "

" J’avais remarqué. "

" Je suis désolé mais je t’ai prise en appel entre un pote, je vais te laisser, tchao. "

" Au revoir. "

Et peut-être que j’arrêterais enfin de me plaindre, alors que dans l’histoire, ce n’est pas moi qui aurait dû souffrir.

Filed under Sea mer 14 téléphone call phone he nostalgie passé past fish poisson corail caillou blue water ocean underwater

4 notes

Je reste de nouveau seule, ce soir.
Ma robe noire glisse le long de mon corps frêle, tombant jusqu’à mes pieds chaussés de mes plus beaux talons. Je lève les yeux vers la lampe grésillant et éclairant mon lieu d’habitat blafard, révélant au ciel entier mon visage meurtri. Le mascara coulant le long de mes joues anciennement rosées, le fard à paupière s’étalant jusqu’à mes tempes, le rouge à lèvres collé à ma peau. On m’avait encore détruite, ce soir. Je jette mes escarpins en travers la pièce avant de m’effondrée sur le sol.
Seule, dans la nuit noire.

Je reste de nouveau seule, ce soir.

Ma robe noire glisse le long de mon corps frêle, tombant jusqu’à mes pieds chaussés de mes plus beaux talons. Je lève les yeux vers la lampe grésillant et éclairant mon lieu d’habitat blafard, révélant au ciel entier mon visage meurtri. Le mascara coulant le long de mes joues anciennement rosées, le fard à paupière s’étalant jusqu’à mes tempes, le rouge à lèvres collé à ma peau. On m’avait encore détruite, ce soir. Je jette mes escarpins en travers la pièce avant de m’effondrée sur le sol.

Seule, dans la nuit noire.

Filed under depressed suicid dead night nuit noire sombre black dark telephone phone alone again stay sad did die haine;

4 notes

Quand l’amour devient haine.
On a tous notre version différente de cette citation, rupture, trahison ou autres. Moi, j’ai la mienne. Un gars, plutôt sympa ma foi, qui tombe amoureux d’une jeune fille en période assez compliquée, elle n’a pas confiance en elle. Il l’aide, et elle refuse de voir jusqu’à quel point cela s’applique. Elle ne lui répond pas, au début, l’ignorant totalement, puis plus tard ils apprennent à ce connaitre et un lien se tisse entre les deux individus. Elle commence à l’apprécier, et il veut faire avancer les choses puisqu’elle ne répond pas positivement à ses avances. Il fait tout foirer, détruisant médiocrement leur lien, leur amitié, leurs sentiments. Elle l’a lâchement renvoyé chier, c’est le mot. Il était là pour elle, elle ne lui répondais pas. Elle s’est mise à s’intéresser à lui, il a tenté quelque chose. Elle l’a recalé plus d’une fois, et méchamment, il est partit.

Il l’aimait, et il a fini par la haïr.

Quand l’amour devient haine.

On a tous notre version différente de cette citation, rupture, trahison ou autres. Moi, j’ai la mienne. Un gars, plutôt sympa ma foi, qui tombe amoureux d’une jeune fille en période assez compliquée, elle n’a pas confiance en elle. Il l’aide, et elle refuse de voir jusqu’à quel point cela s’applique. Elle ne lui répond pas, au début, l’ignorant totalement, puis plus tard ils apprennent à ce connaitre et un lien se tisse entre les deux individus. Elle commence à l’apprécier, et il veut faire avancer les choses puisqu’elle ne répond pas positivement à ses avances. Il fait tout foirer, détruisant médiocrement leur lien, leur amitié, leurs sentiments. Elle l’a lâchement renvoyé chier, c’est le mot. Il était là pour elle, elle ne lui répondais pas. Elle s’est mise à s’intéresser à lui, il a tenté quelque chose. Elle l’a recalé plus d’une fois, et méchamment, il est partit.

Il l’aimait, et il a fini par la haïr.

Filed under scarification mutilation suicide suicid blood sang cut cutter rasoir lame paquerette hand main flowers white red dead sad haine

2 notes

Que la déesse de la mort m’entraîne avec elle dans la profondeur des entrailles de l’enfer. 

Je ne veux plus de cette satanée existence où le monde s’en fout de moi, j’en veux plus de cette putain d’espérance qui me fait croire que les gens m’aiment, j’en veux plus de ce cœur qui me fait aimer le moindre garçon qui s’intéresse de près ou de loin à ma personne.

J’veux plus rien.

Que la déesse de la mort m’entraîne avec elle dans la profondeur des entrailles de l’enfer. 

Je ne veux plus de cette satanée existence où le monde s’en fout de moi, j’en veux plus de cette putain d’espérance qui me fait croire que les gens m’aiment, j’en veux plus de ce cœur qui me fait aimer le moindre garçon qui s’intéresse de près ou de loin à ma personne.

J’veux plus rien.

Filed under sea mer beach nothing rien idontwant sky blue vague noyade déesse die dead

2 notes

Sexe - Homme.
Nom - Secret.
Prénom - Secret.
Surnom - 30.
Date de naissance - 25 août 1999.
Yeux - Marrons.
Cheveux - Châtains.
Peau - Métis.
Poids - 70,5 kg.
Allure - Mince. Musclé.
Taille - 1m70.
Style vestimentaire - Bon style, Jules, Vet’ affaires etc.
Passe-temps - Fumer chez ses potes, traîner.
Situation - En couple.
Frère/sœur - Une sœur, nom tenu secret.
Tic - Relèvement de sa joue et baissement de son sourcil gauche, en même temps.

Sexe - Homme.

Nom - Secret.

Prénom - Secret.

Surnom - 30.

Date de naissance - 25 août 1999.

Yeux - Marrons.

Cheveux - Châtains.

Peau - Métis.

Poids - 70,5 kg.

Allure - Mince. Musclé.

Taille - 1m70.

Style vestimentaire - Bon style, Jules, Vet’ affaires etc.

Passe-temps - Fumer chez ses potes, traîner.

Situation - En couple.

Frère/sœur - Une sœur, nom tenu secret.

Tic - Relèvement de sa joue et baissement de son sourcil gauche, en même temps.

Filed under Déborah tic he 30 boy join smoke clope cigarette cigaret tonk fumée tabac bédo roulé

0 notes

Ce que je souhaiterais c’est un ami comme ça.

Un ami qui serait toujours là pour moi, qui répondrait à mes appels en pleine nuit même si le lendemain il a un contrôle important, un ami qui m’enverrait des sms alors qu’il est en cour, un ami qui me raconterait tout, un ami qui s’intéresserait à mes sentiments et mes opinions, un ami qui saurait quoi me dire lorsque je vais mal, un ami qui m’enverrait des cadeaux par la poste pour mon anniversaire et pour Noël par surprise, un ami qui serait beau physiquement et qui aurait une mentalité exemplaire. Un ami qui devrait être un tout petit peu plus âgé, ou qu’il ai juste mon âge, un ami qui me taquinerait, un ami qui ferait tout pour me voir, même s’il habite à l’autre bout de la France. Je veux un ami qui m’apprécie, qui ne m’oublie pas, ne m’efface pas, qui prenne soin de moi, qui s’intéresse à moi. Je veux un ami comme ça. Je veux un ami.

Du moins, je veux juste quelqu’un.

Ce que je souhaiterais c’est un ami comme ça.

Un ami qui serait toujours là pour moi, qui répondrait à mes appels en pleine nuit même si le lendemain il a un contrôle important, un ami qui m’enverrait des sms alors qu’il est en cour, un ami qui me raconterait tout, un ami qui s’intéresserait à mes sentiments et mes opinions, un ami qui saurait quoi me dire lorsque je vais mal, un ami qui m’enverrait des cadeaux par la poste pour mon anniversaire et pour Noël par surprise, un ami qui serait beau physiquement et qui aurait une mentalité exemplaire. Un ami qui devrait être un tout petit peu plus âgé, ou qu’il ai juste mon âge, un ami qui me taquinerait, un ami qui ferait tout pour me voir, même s’il habite à l’autre bout de la France. Je veux un ami qui m’apprécie, qui ne m’oublie pas, ne m’efface pas, qui prenne soin de moi, qui s’intéresse à moi. Je veux un ami comme ça. Je veux un ami.

Du moins, je veux juste quelqu’un.

Filed under AHS AmericanHorrorStory Emma Roberts Need Cigarette Coven Madison Montgomery actress blond zombie zombiegirl evan peters girlfriend tired sad friend i need a friend

0 notes

Trahie.

Je me sens comme trahie. Putain de merde. Tenter de me piéger sur mon propre terrain, comme si on me croyait incapable de jouer, comme si on me mentait depuis le début de la partie - putain de triche.

Je me sens étrangement vide, mais ma mâchoire serrée me montre le contraire - rage, haine, dégoût, mal-être, pulsion meurtrière, colère, ennuie, honte, trahison. Tu ne connais pas ça ? Cette vague de sentiment qui se déferle en toi, comme si ta tranquillité et ta sérénité se noyait sous toute cette frustration.

Tout ce qui avait été construit, détruit, reconstruit soigneusement, chéri, protégé, aimé, adulé, venait de s’effondrer en un bruit sourd sur le sol blanc de la confiance. Putain de merde.

Trahie.

Je me sens comme trahie. Putain de merde. Tenter de me piéger sur mon propre terrain, comme si on me croyait incapable de jouer, comme si on me mentait depuis le début de la partie - putain de triche.

Je me sens étrangement vide, mais ma mâchoire serrée me montre le contraire - rage, haine, dégoût, mal-être, pulsion meurtrière, colère, ennuie, honte, trahison. Tu ne connais pas ça ? Cette vague de sentiment qui se déferle en toi, comme si ta tranquillité et ta sérénité se noyait sous toute cette frustration.

Tout ce qui avait été construit, détruit, reconstruit soigneusement, chéri, protégé, aimé, adulé, venait de s’effondrer en un bruit sourd sur le sol blanc de la confiance. Putain de merde.

Filed under fuck smoke cigarette ahs evan peters evanpeters asylum happy sad trahie putain merde

3 notes

Mes mains manucurées d’un vernis rouge attrape lentement le maillot de foot, son maillot. Je porte le tee-shirt à mes narines avant de renifler l’odeur qui me devenait si familière. Un parfum masculin, une arrière-odeur de transpiration si virile, et l’odeur de son déodorant. Le tout donnait un mélange considéré d’odeur auquel je m’habituais. J’enlève mon haut pour le troquer avec le sien, la matière glisse le long de ma peau et mon sourire s’agrandit sur mon visage blanchâtre. Je me sens si bien, si proche de lui, avec je me sens comme… comme privilégiée. Comme sa petite amie, je me sens protégée par le bout de tissu, invulnérable aux moqueries - en même temps, j’avais son tee-shirt, le tee-shirt du canon du bahut. J’avais le pouvoir, si on pouvait dire, c’était mon talisman. Je caresse le maillot en me remettant au lit, mais je me sens obligée de me relever pour aller me voir dans un miroir et me rappeler que je ne rêve pas et que je l’ai bien. 

J’aurais eu plus que certaines de ces conquêtes, quelle ironie ! 

Mes mains manucurées d’un vernis rouge attrape lentement le maillot de foot, son maillot. Je porte le tee-shirt à mes narines avant de renifler l’odeur qui me devenait si familière. Un parfum masculin, une arrière-odeur de transpiration si virile, et l’odeur de son déodorant. Le tout donnait un mélange considéré d’odeur auquel je m’habituais. J’enlève mon haut pour le troquer avec le sien, la matière glisse le long de ma peau et mon sourire s’agrandit sur mon visage blanchâtre. Je me sens si bien, si proche de lui, avec je me sens comme… comme privilégiée. Comme sa petite amie, je me sens protégée par le bout de tissu, invulnérable aux moqueries - en même temps, j’avais son tee-shirt, le tee-shirt du canon du bahut. J’avais le pouvoir, si on pouvait dire, c’était mon talisman. Je caresse le maillot en me remettant au lit, mais je me sens obligée de me relever pour aller me voir dans un miroir et me rappeler que je ne rêve pas et que je l’ai bien. 

J’aurais eu plus que certaines de ces conquêtes, quelle ironie ! 

Filed under Rain Hostel Hotel Pluie Averse Water Eau Tee-shirt Privilégiée vip sad beautiful alone storm

4 notes

J’aimerais te remercier.

Merci à toi de m’avoir aider, de m’avoir fait sourire, de m’avoir fait sortir, d’avoir chercher à me découvrir.

Je n’oublie pas ces années passés avec toi. Durant trois ans - Haine, dégoût, mensonge, manipulation. Nouvelle année - Appréciation. Idée changeante. Cette année - Amitié, secret, conneries, amusement, attachement, complicité, échange.
Que dire ? A part merci. Merci à la fois où tu m’as sollicité à sortir en plein mois de février avec les deux autres idiots. Merci de m’appeler et de me tenir compagnie. Merci de ta confiance. Merci de me pousser à aller dans son équipe. Et bien d’autres évidemment ! Merci d’être là. Merci de ça. Merci pour tout. Merci.

Par contre, vas crever du fait que tu ne veuilles pas donner mon numéro à l’autre. :)

Dédé.

J’aimerais te remercier.

Merci à toi de m’avoir aider, de m’avoir fait sourire, de m’avoir fait sortir, d’avoir chercher à me découvrir.

Je n’oublie pas ces années passés avec toi. Durant trois ans - Haine, dégoût, mensonge, manipulation. Nouvelle année - Appréciation. Idée changeante. Cette année - Amitié, secret, conneries, amusement, attachement, complicité, échange.

Que dire ? A part merci. Merci à la fois où tu m’as sollicité à sortir en plein mois de février avec les deux autres idiots. Merci de m’appeler et de me tenir compagnie. Merci de ta confiance. Merci de me pousser à aller dans son équipe. Et bien d’autres évidemment ! Merci d’être là. Merci de ça. Merci pour tout. Merci.

Par contre, vas crever du fait que tu ne veuilles pas donner mon numéro à l’autre. :)

Dédé.

Filed under AmericanHorrorStory EvanPetters Evan Petters Taissa Farminga Violet Tate Hamilton MurderHouse Flowers Rose Black Noir

6 notes

Les mains cueillant des pâquerettes sur le sol verdâtre, elle parle à son amie qui se remaquille brièvement. Le temps était lourd, mais le soleil éclairait l’endroit dégagé, laissant une impregnante vue sur les environs. Elle se couche sur l’herbe, en suivant du regard les nuages blancs voguer dans le ciel bleu, mais un bruit sonore qu’elle connaissait depuis peu, arrivait vers elles. Son amie lui jette un coup d’œil enthousiasmé. Un véhicule à deux roues roule devant elles en forçant, elles le suit du regard, elles avaient reconnus les deux adolescents sur la 50. Elles les appréciaient. Une fantasmait sur le conducteur à la peau métis, et l'autre qui s'amusait toujours avec ces pâquerettes désirait fortement le jeune homme se trouvant à l'arrière, celui qui offrait ses plus beaux majeurs pour faire rire les deux filles. 
Elles étaient devenues folles. Folles d’eux. Folles du bruit de la 50. Folles de ne pas avoir ce qu’elles veulent. Folles d’avoir mieux que ce qu’elles veulent. Folles d’être devenue paranoïaque à cause d’eux. Folles.

Les mains cueillant des pâquerettes sur le sol verdâtre, elle parle à son amie qui se remaquille brièvement. Le temps était lourd, mais le soleil éclairait l’endroit dégagé, laissant une impregnante vue sur les environs. Elle se couche sur l’herbe, en suivant du regard les nuages blancs voguer dans le ciel bleu, mais un bruit sonore qu’elle connaissait depuis peu, arrivait vers elles. Son amie lui jette un coup d’œil enthousiasmé. Un véhicule à deux roues roule devant elles en forçant, elles le suit du regard, elles avaient reconnus les deux adolescents sur la 50. Elles les appréciaient. Une fantasmait sur le conducteur à la peau métis, et l'autre qui s'amusait toujours avec ces pâquerettes désirait fortement le jeune homme se trouvant à l'arrière, celui qui offrait ses plus beaux majeurs pour faire rire les deux filles. 

Elles étaient devenues folles. Folles d’eux. Folles du bruit de la 50. Folles de ne pas avoir ce qu’elles veulent. Folles d’avoir mieux que ce qu’elles veulent. Folles d’être devenue paranoïaque à cause d’eux. Folles.

Filed under . forêt forest sea mer plage beach crazy folle 50 scooter mecs love désir paranoiaque

3 notes

Imagine-nous, juste un instant. Toi, et moi, assise sur tes genoux, en train de m’amuser avec ta main. Nous serions assis sur l’herbe fraîche, tu serais adossé à un arbre pendant que je te regarderais silencieusement. Je me dirais juste que tu es trop bien pour moi, et tu scellerais notre amour par un baiser, là, sous ce saule-pleureur. Ce serait beau, ce serait romantique, ce serait nous.

Mais non, nous ne sommes que deux gamins perdus dans leurs sentiments. Je t’aime, tu m’aimes. Nous nous aimons. Mais nous ne l’avouons pas. Par résultat, il n’y a que toi et moi, assis sur ces chaises de cour, en train de nous amuser comme des gamins. Nous serions inattentif au cours se déroulant devant nous, tu serais adossé à ma table pendant que je te regarderais silencieusement. Je me dirais que tu es trop bien pour moi, et tu complimenteras ma tenue en me posant quelques questions personnelles, là, pendant ce cours d’espagnol. C’est beau, c’est mignon, c’est nous. Si encore, il y a un nous…

Imagine-nous, juste un instant. Toi, et moi, assise sur tes genoux, en train de m’amuser avec ta main. Nous serions assis sur l’herbe fraîche, tu serais adossé à un arbre pendant que je te regarderais silencieusement. Je me dirais juste que tu es trop bien pour moi, et tu scellerais notre amour par un baiser, là, sous ce saule-pleureur. Ce serait beau, ce serait romantique, ce serait nous.

Mais non, nous ne sommes que deux gamins perdus dans leurs sentiments. Je t’aime, tu m’aimes. Nous nous aimons. Mais nous ne l’avouons pas. Par résultat, il n’y a que toi et moi, assis sur ces chaises de cour, en train de nous amuser comme des gamins. Nous serions inattentif au cours se déroulant devant nous, tu serais adossé à ma table pendant que je te regarderais silencieusement. Je me dirais que tu es trop bien pour moi, et tu complimenteras ma tenue en me posant quelques questions personnelles, là, pendant ce cours d’espagnol. C’est beau, c’est mignon, c’est nous. Si encore, il y a un nous…

Filed under Titanic Jake Rose Jake and Rose Us Nous I love you Je t'aime Good Beautiful Fuck Smile Happy Laugh

0 notes

Je te veux.

C’est incroyable ce désir que je ressens pour toi. Ça s’amplifie, ça brûle, ça me consume - comme un feu, pourtant j’aime ça. 
Je fais mon possible pour te voir, pour te parler, même mes amies sont dans le coup pour réussir à t’avoir. Les amis de mes amies savent mon envie de toi, ils aident aussi. Une chose est dite sur lui, je suis au courant dans mon de deux secondes et demie. 

C’est dingue, ils savent tous mon envie de toi, sauf toi apparemment. Je ne suis pas tellement discrète dans tout les cas - Je parle de toi, je te fixe continuellement, j’attends tes sms, j’attends tes sourires, je reste réceptive, je t’écoute, je m’intéresse à ton ego et tes histoires.

Je n’ai pas de sentiment amoureux envers toi tout de fois.
Je te veux juste. Mais sans amour, pour l’instant. Du genre coucher avec toi me satisferais. Viens, on baise ?

Je te veux.

C’est incroyable ce désir que je ressens pour toi. Ça s’amplifie, ça brûle, ça me consume - comme un feu, pourtant j’aime ça. 

Je fais mon possible pour te voir, pour te parler, même mes amies sont dans le coup pour réussir à t’avoir. Les amis de mes amies savent mon envie de toi, ils aident aussi. Une chose est dite sur lui, je suis au courant dans mon de deux secondes et demie. 

C’est dingue, ils savent tous mon envie de toi, sauf toi apparemment. Je ne suis pas tellement discrète dans tout les cas - Je parle de toi, je te fixe continuellement, j’attends tes sms, j’attends tes sourires, je reste réceptive, je t’écoute, je m’intéresse à ton ego et tes histoires.

Je n’ai pas de sentiment amoureux envers toi tout de fois.

Je te veux juste. Mais sans amour, pour l’instant. Du genre coucher avec toi me satisferais. Viens, on baise ?

Filed under Louis louistomlinson tommo tomlinson gif onedirection 1D OD Larry smile 2013 sex friend fiction